Du Soi

Publié: juin 16, 2017 dans Psychologie

Lorsque le moi s’apprête à devenir Soi, l’être sort de l’anxiété chthonienne pour découvrir l’angoisse de l’existentiel. Conscient de sa finitude, et de la valeur du Temps, le passé nous abandonne et l’avenir nous désintéresse, on se retrouve confiné dans l’étroite fenêtre du présent : le quotidien. Tout ce qui jadis nous servait d’exutoire devient vain, et t out ce qui  se fantasmais pour demain perd de son intérêt. Le réel et le concret deviennent les seuls terrains de jeu du vivant, et pour commencer, il semblent plus étroits, mais étant plus vrais où essentiels ils suffisent et supportent mal la concession. C’est un temps de deuil, où l’on se rend compte des ivresses dans lesquelles on abrutissait son non-être inconscient, pourtant dans l’espoir d’un jour meilleur et l’on prend aussi conscience de l’éloignement des rêves se projetant sur des années autant de possibles inachevés. Après ce deuil vient un apaisement, et la nourriture du présent suffit, proposant un nouvel accord entre le physique, le neurovégétatif, et le psychique. La perte de tout ce qui nous « faisait passer le temps » et l’oubli de tous les « ah si seulement j’avais… » nous laissent seuls avec nous-même, dans la découverte qu’il s’agit de la seule  compagnie dont on soit assuré à vie. Ces étapes sont sans doute difficiles, et nombreux sont ceux qui régressent vers le connu et le compensé à ce stade, mais la « démangeaison » d’un moi meilleur reviendra et des cycles se forment, offrant de nouvelles chances de s’accomplir dans l’être pour faire et penser en renonçant à faire et penser pour être, car il faut de la force, du courage, et beaucoup de silence pour y avancer modestement sans reculer rapidement.

commentaires
  1. Et pourtant, le « vivre au présent » ne devient-il pas souvent le credo d’une masse confuse, hébétée, fatiguée, soucieuse de jouir en toute tranquillité, dans l’étroitesse d’une liberté sans racines… et sans avenir ?

    • umoeurs dit :

      Non, mais imaginons que la catégorie de cet article devrait plutôt être labellisée « psychologie » que philosophie, ce que nous avons corrigé 🙂

  2. C’est un bon argument.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s