De l’abondance des séries

Publié: avril 29, 2019 dans culture, société

Il s’est effectué un virage de tendance au cours des deux dernières décennies où l’on a vu le cinéma perdre le leadership du narratif visuel au profit constamment grossissant des séries. A tel point qu’un éminent « script doctor » professant son art autour de la planète a déclaré sans ambiguïté que « désormais les meilleurs talents travaillent pour la télévision », c’était avant plateformes, que dirait-il aujourd’hui ? Pourtant la série conservera toujours son schéma de feuilleton à multiple rebondissements qui allonge irrémédiablement la sauce au point de lasser les plus férus, tandis que le cinéma continue de raconter une histoire dans le cadre d’un temps précis. Les séries ne sont pas bonnes, ni satisfaisantes, et leur succès reste une énigme pour une vision éclairée de la narration.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s