Le pris pour acquis du succès

Publié: avril 29, 2019 dans culture, société

Il existe un fait de popularisation des œuvres narratives fondé sur leur succès. C’est arrivé, par exemple, avec les livres de Harry Potter. Lorsque le succès a dépassé la critique, au point de transformer la série des livres en phénomène de société, on n’a pas  commencé à chercher les causes de ce fait, on l’a pris pour acquis et l’oeuvre est devenue ce qu’elle n’était pas : une référence. Plus récemment, ce fait s’est illustré avec plus de mordant dans la série du Trône de Fer. Déjà les romans étaient discutables quant à leur lisibilité, mais la ferveur d’un public toujours indéterminé a propulsé cette fiction dans une superproduction de télévision qui a bientôt donné à oublier le texte au profit de l’image adaptée. Le succès continuant d’enfler comme une baudruche que personne n’ose crever de peur de juger des millions de consommateurs, on prend celui-ci pour acquis et on offre à l’oeuvre des lettres de noblesse « rétroactives » au point par exemple de consacrer sur une radio des émissions philosophiques et dans un grand quotidien un article, décrivant a posteriori les intentions « profondes » que G.R.R Martin n’a sans doute jamais eues.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s